Trousse de voyage Contenu principal

Terre-Neuve-et-Labrador

COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES

Les francophones de Terre-Neuve-et-Labrador se concentrent dans trois régions principales :

  • Sur la péninsule de Port-au-Port : à Cap St-Georges, La Grand’Terre et L’Anse-à-Canards
  • À St. John’s et dans ses environs
  • Au Labrador : dans les villes minières de Labrador City-Wabush et à Happy Valley-Goose Bay

Ces trois noyaux sont de taille comparable : ils regroupent environ 600 francophones de langue maternelle. On compte dans toute la province près de 24 000 personnes qui parlent le français (langue maternelle et langue seconde).

 

Le saviez-vous?

1504 : le sieur Bergeron de Honfleur en Normandie est l’un des premiers pêcheurs français à arriver sur les côtes de Terre-Neuve.
1604 : fondation de l’Acadie en Nouvelle-Écosse.
1904 : fin du French Shore ou de la pêche française à Terre-Neuve. Les Français échangent leurs droits de pêche aux Anglais contre des terres en Afrique.
2004 : Terre-Neuve-et-Labrador et les îles de Saint-Pierre et Miquelon unissaient leurs efforts pour célébrer 500 ans de présence française dans la province.

PETIT LEXIQUE

Terre-Neuvas : nom donné aux pêcheurs qui quittaient chaque année les côtes européennes pour pêcher la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve. Certains restaient et ne rentraient jamais à leur port d’attache, on les appelait les déserteurs.
Doris : embarcation maniable et légère utilisée pour pêcher la morue et qui a remplacé la chaloupe basque à la fin du 19e siècle.
Pêche sédentaire / à la morue sèche : la morue est capturée près des côtes, salée puis séchée à terre sur les graves (étendues de galets).
Pêche errante / à la morue verte : la morue est pêchée et salée en mer à bord des bateaux.

Le saviez-vous?

Littoral : 17 542 km (Terre-Neuve : 9 656 km et Labrador : 7 886 km). C’est la longueur des côtes tant convoitées par les pêcheurs européens pour l’abondance de la morue.
Géographie : Terre-Neuve-et-Labrador est la province la plus à l’est du Canada.
Population : la péninsule d’Avalon sur l’île de Terre-Neuve compte près de la moitié de la population de la province. Le Labrador, avec plus de 70% du territoire de la province, compte à peine 5% de la population totale.
The Rock : surnom local de la province.

LES DRAPEAUX

Drapeau officiel de la province de Terre-Neuve-et-Labrador

Le drapeau officiel de la province de Terre-Neuve-et-Labrador a été adopté en 1980.
 

Le tricolore terre-neuvien

Le tricolore terre-neuvien (rose, blanc, vert) est très populaire mais non officiel. Le rose symbolise la rose des Tudor d’Angleterre (les protestants) et le vert représente l’emblème d’Irlande de Saint-Patrick (les catholiques). Le blanc proviendrait de la croix de Saint-André (patron des pêcheurs et de l’Écosse). Le drapeau fut aussi utilisé comme symbole pour ceux qui s’opposaient à la confédération avec le Canada.

Drapeau  du Labrador

Le drapeau du Labrador fut créé en 1974.

 

L’Union Jack est l’ancien drapeau officiel de Terre-Neuve

L’Union Jack est l’ancien drapeau officiel de Terre-Neuve. Il fut utilisé jusqu’en 1980.
 

Le drapeau franco-terre-neuvien-et-labradorien a été adopté en 1986

Le drapeau franco-terre-neuvien-et-labradorien a été adopté en 1986. Le drapeau s’inspire du drapeau tricolore français et de l’étoile jaune du drapeau acadien. Les deux voiles jaunes évoquent l’arrivée des pêcheurs français. La branche de Tamarack est l’emblème du Labrador et la fleur (Sarracénie pourpre) est celui de la province.

 

HISTOIRE FRANCOPHONE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

Dès le début du 16e siècle, la France a joué un rôle de 1er plan dans l’histoire de Terre-Neuve-et-Labrador. Lorsque Jacques Cartier fait escale à Terre-Neuve en 1534, des noms comme « Baye de Brest » et « Blanc Sablon », dans la région du détroit du Labrador, témoignent du passage de Bretons, de Normands et de Basques.

 

LES FRANÇAIS S'INSTALLENT À PLAISANCE (1662)

En 1658, alors que c’est la guerre entre la France et l’Angleterre, le roi de France décida de faire de Terre-Neuve une colonie française et de Plaisance sa capitale. En 1662, Louis XIV fit fortifier Plaisance. La colonie française de Plaisance inclut un vaste territoire sur les côtes du sud-ouest de Terre-Neuve, ainsi que les îles de Saint-Pierre et Miquelon.

Durant l’hiver 1696-1697, la campagne menée par Pierre LeMoyne d’Iberville a été la plus destructrice de toutes les attaques françaises contre les Anglais à Terre-Neuve.

En 1701 les conflits entre Anglais et Français reprennent en Europe. Finalement, le Traité d’Utrecht signé en 1713 entre la France et l’Angleterre cède Terre-Neuve et l’Acadie aux Anglais. La France conserve cependant des îles du golfe du Saint-Laurent et ses droits de pêche sur une partie du littoral de Terre-Neuve qu’on allait désigner le French Shore. 

Le French Shore

 

LE TRAITÉ D'UTRECHT ET LE FRENCH SHORE (1713-1904)

Le French Shore a existé sous 2 aspects géographiques entre 1713 et 1904. Dans un 1er temps, le French Shore s’étend du cap Bonavista à la pointe Riche. Cette délimitation négociée aux termes du Traité d’Utrecht demeurera ainsi de 1713 à 1783. Le Traité de Versailles de 1783 modifie cette délimitation : elle s’étend alors du cap St. John au cap Ray. Les Français ont des droits de pêche exclusifs sur le French Shore, mais ils n’ont aucun droit de résidence et ne peuvent occuper les côtes pendant l’hiver. En 1904,la France renonce à ses privilèges de pêche à Terre-Neuve.

(Map by Tanya Saunders, 2001 Newfoundland and Labrador Heritage)

LE GRAND DÉRANGEMENT (1755-1763) ET LES ACADIENS DE TERRE-NEUVE

À l’époque où la France et l’Angleterre colonisent le continent nord-américain, l’Acadie est fondée en 1604 au bord de la baie de Fundy en tant que colonie française. L’Acadie est entraînée malgré elle dans une série de conflits militaires pendant toute son histoire. En 1713, le Traité d’Utrecht cède l’Acadie aux Anglais. De 1755 à 1763, la plus grande partie du peuple acadien est déportée mettant fin à l’Acadie historique mais donnant naissance à l’Acadie contemporaine.

L’Acadie contemporaine comprend le nord et l’est du Nouveau-Brunswick ainsi que des localités plus isolées à l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse. Mais l’Acadie fait aussi référence aux communautés de la diaspora acadienne situées à Terre-Neuve, à Saint-Pierre et Miquelon, au Québec, aux États-Unis et en France. Monument de commémoration de l’Odyssée acadienne

Les familles acadiennes qui ont migré à Terre-Neuve après 1755 se sont installées dans la baie St. George. Les pêcheurs français fréquentaient aussi cette partie du littoral. Aujourd’hui, de nombreuses familles de la péninsule de Port-au-Port ont des origines acadiennes et françaises. On entend encore les noms acadiens tels que Benoit, Aucoin, Chaisson ou Cormier…

Le saviez-vous?

 

Terre-Neuve-et-Labrador a commémoré en 2013 les 300 ans (1713-2013) du Traité d’Utrecht!
Ce traité met fin à l’expansion française. En 1713, La France cède l’Acadie et Terre-Neuve (Saint-Pierre et Miquelon compris) aux Anglais. Toutefois, la France obtenait une importante concession : les pêcheurs français pouvaient continuer de pêcher sur le French Shore.
 
Le dévoilement du Monument de commémoration de l’Odyssée acadienne au Parc du Boutte du Cap de Cap St-George a eu lieu le 30 octobre 2010.
(Photo à droite - Martine Fillion)

 

 

© RDÉE Terre-Neuve-et-Labrador